La Chica + Eda / Reporté

Samedi 12 décembre – 20h30

La Chica

« En Amérique latine, nous parvenons tant bien que mal à vivre et concevoir un monde où les valeurs s’exaltent dans la vigueur communicative d’une réalité multiculturelle » cette réalité décrite par Carlos Fuentes résume la signature du projet crée par Sophie Fustec : LA CHICA. Puisque c’est bien de cette « réalité multiculturelle » entre l’Amérique Latine et la France, entre Paris Belleville et le Venezuela, que naissent ses compositions, ses paroles et son style.

À travers sa musique, La Chica réunit ces deux mondes en proposant un collage de textures sonores, empruntées à son héritage et à diverses influences modernes, tout en cassant les codes établis. C’est autour du piano et des claviers que s’est créé son univers, mélangeant habilement ses inspirations classiques, son amour pour Debussy avec la profondeur des nappes de synthés analogiques. Sans déguisements, elle transmet une émotion à l’état brut, entre pensées abstraites et introspection poétique.

Sophie Fustec est née à Paris d’une mère Vénézuélienne et d’un père Français. Elle a grandi au sein du 20ème arrondissement de Paris, Belleville, mais aussi à Merida (l’ouest du Venezuela) où elle partait régulièrement visiter sa famille maternelle. Sophie a débuté la musique très jeune, par le violon et puis le piano qu’elle étudiera pendant 13 ans au conservatoire. Après des études d’ingénieur du son à l’ESRA, elle commence à jouer dans des groupes déjà installés de la scène musicale française. En tant que musicienne, accompagnement clavier-voix, elle a l’occasion de tourner avec des artistes tels que Zap Mama, Mayra Andrade, Pauline Croze et Yaël Naim qui lui permettent de consolider une forte expérience scénique dans le milieu musical.

À travers sa musique, La Chica réunit ces deux mondes en proposant un collage de textures sonores, empruntées à son héritage et à diverses influences modernes, tout en cassant les codes établis. C’est autour du piano et des claviers que s’est créé son univers, mélangeant habilement ses inspirations classiques, son amour pour Debussy avec la profondeur des nappes de synthés analogiques. Sans déguisements, elle transmet une émotion à l’état brut, entre pensées abstraites et introspection poétique.

Sophie Fustec est née à Paris d’une mère Vénézuélienne et d’un père Français. Elle a grandi au sein du 20ème arrondissement de Paris, Belleville, mais aussi à Merida (l’ouest du Venezuela) où elle partait régulièrement visiter sa famille maternelle. Sophie a débuté la musique très jeune, par le violon et puis le piano qu’elle étudiera pendant 13 ans au conservatoire. Après des études d’ingénieur du son à l’ESRA, elle commence à jouer dans des groupes déjà installés de la scène musicale française. En tant que musicienne, accompagnement clavier-voix, elle a l’occasion de tourner avec des artistes tels que Zap Mama, Mayra Andrade, Pauline Croze et Yaël Naim qui lui permettent de consolider une forte expérience scénique dans le milieu musical.

ËDA

Eléonore Diaz Arbelaez est chanteuse et contrebassiste. Ses premières expériences musicales, du rock psyché à la salsa, et son héritage culturel l’amènent au goût du mélange. Elle écrit et chante en espagnol, dans la langue des poètes qui l’inspirent, car elle est franco-colombienne.

En 2015, elle rencontre Anthony, musicien et réalisateur dans le monde pop et jazz. Il connaît, lui aussi, la musique latine ; avant de faire partie de 3SOMESISTERS, il a collaboré avec Ricardo Herz (Brésil) ou encore Niuver (Cuba).

Dès lors, ils entament un travail complice autour des textes et des compositions d’Eléonore, s’inspirant de la puissance d’une Lhasa de Sela, l’onirisme d’une Björk, la profondeur abyssale d’un James Blake ou encore la douceur d’une Omara Portuondo. Au terme d’un cheminement qui s’est enrichi au fil du temps, comme l’aboutissement d’une quête de soi, ils fusionnent musiques traditionnelles latines et electro-pop actuelle.

Billetterie Weezevent